Présentation

ulm2Sa topographie

Notre village , commune de la Communauté de l’Atrébatie, occupe une surface de 986 ha, en amont de la Haute Vallée de la Lawe dont la source de la dite rivière est située au hameau de Rocourt en l’eau..un nom tout à fait approprié.

Village contrasté entre un plateau d’altitude moyenne de 150 m et de petites vallées (Garimelles Aubigny, Rouge Croix, St Pierre, Vallée des Prêtres,) Magnicourt présente une caractéristique de grand intérêt, pas pour les agriculteurs, mais pour tous les autres habitants, à savoir les pentes et leurs chemins.

Autres appellations liées à Magnicourt, des lieux dits évoquent l’altitude (Mont d’Houvelin, la Montagne, Mont d’Herlin, Mont d’Anzin..)
Le substrat est crayeux, il date du secondaire, du crétacé.. (conglomérats de galets à ciment calcaire du Cénomanien, craie grise du Turonien, craie blanche du Sénonien).

Des alluvions de fond de vallée et des limons couvrent l’ensemble.

La Lawe qui prend sa source à Magnicourt se jette dans la Lys à La Gorgue au terme d’un parcours de 40 km.

Son Histoire

Magnicourt-en-Comté_église5L’histoire et la topographie se marient à merveille ! Ce village en Y, donc en trois branches, est aussi une histoire en trois chapitres !

Rocourt appartenait au Comté de St Pol sur Ternoise, Houvelin à l’Abbaye de St Amé de Douai et Magnicourt à l’évêché d’Arras…

Mais l’origine de Magnicourt, un nom mérovingien ou carolingien, est très ancienne. Notre village se trouvait en pleine frontière linguistique, d’un côté vers le nord de Béthune d’influence germanique, d’où peut être le nom d’un propriétaire dit Magny ou Maning, ou vers le sud d’influence romanisante (Magnus curtis) grand domaine. Origine ancienne, certainement en raison de l’ancienneté de l’église du 12ème siècle et dédiée à St Léger sachant que les églises dédiées sont des paroisses anciennes.

La découverte en 1976 d’un cimetière mérovingien de quelques 300 tombes confirme l’ancienneté du village. Ce cimetière date de la fin du 7ème siècle. Il révèle par l’orientation des tombes deux périodes, une première mérovingienne, la 2ème renvoie à l’évangélisation des campagnes grâce à une fibule retrouvée en forme de croix pattée, avec à l’intérieur une autre croix et sur les quatre branches le poisson, symbole chrétien. C’est l’objet chrétien le plus ancien dans le Ternois. Il est souligné par les historiens l’originalité de la «Voie de Zeure» qui pourrait être une ancienne voie gallo-romaine.

La motte féodale de Rocourt daterait du 9ème et 10ème siècle. Construite à l’époque des pillages normands, que les rois carolingiens ne maîtrisent pas, cette motte est le refuge de petits seigneurs locaux qui tentent de se mettre l’abri.

La motte féodale d’Houvelin, notée sur les plans napoléoniens «la Fertée», est la suite d’un habitat gallo-romain dans les «basses coutures». Là résidait la seigneurie de Magnicourt qui appartenait au début du 17ème siècle à la Maison d’Ostrel. Le domaine fut vendu par décret du Conseil de Malines le 30 Octobre 1651 au Seigneur de Melun.

En 1639, le Maréchal de la Meilleraye attaque le château, défendu par la garnison espagnole de Béthune, pille les habitants réfugiés et le détruit.

C’est le 21 Février 1790 que furent convoqués en l’église paroissiale les «gens actives» pour désigner leurs élus. La fusion de hameaux en une seule commune sera mise en œuvre lors de la Révolution.

L’église est une œuvre architecturale, la tour carrée date du 12ème siècle, le reste du 16ème siècle. Repérez les tores, ange rieur et ange pleureur sur la corniche, l’emplacement d’une porte avec l’emplacement des armes seigneuriales, la trace d’une cheminée, et bien d’autres organes de défense. La cloche a une histoire digne de la Révolution !

P1040373

Inscription faite sur la cloche de Magnicourt en Comté (seule survivante des 3 cloches d’origine):

« L’an 1789 au mois de juin, j’ay été nommée Vedastine Joseph par sire Vaan Dehee, prêtre chanoine régulier de l’abbaye du Mont Saint Eloi et prieur titulaire du prieuré d’Aubigny dépendant de la dite abbaye en cette qualité seigneur principal de Magnicourt en Comté ayant seul les droits honorifiques dans l’église dudit lieu et par Mademoiselle Marie Anne Josephe Leclercq, fille du sieur Jan Batiste Lieutenant et de dame Marie Barbe Lefebvre son épouse, moi et mes soeurs nous appartenons à l’église de Magnicourt en Comté »

Fondue par Garnier et Drouot et F Gorbier et assistant Maurice Haute Coeur Lejeune »

Dans le bas de la cloche, en relief, figure l’effigie de la vierge, un crucifix du Christ et  Saint Léger

clocher Magnicourt

clocher Magnicourt

La 1ère Guerre Mondiale a permis aux Chasseurs Alpins de Chambéry de découvrir notre village pour leur repos sur la Place actuelle du Jeu de Paume entre Juin 1915 et Février 1916.

L’Histoire de Magnicourt-en-Comté fut au 19ème et 20ème siècle celle de la Brique puis de la Houille…sans oublier celle des agriculteurs.

Afin de conserver la mémoire de manière active, le nom des rues du village rappelle l’histoire locale à l’exception de la rue de l’Europe… celle d’une mémoire à venir.

Carte d’identitépopulation

Population actuelle (2016) :

650 habitants

Évolution de la population :

  • en 1793 = 546 habitants
  • en 1821 = 493 habitants
  • en 1866 = 580 habitants
  • en 1901 = 530 habitants
  • en 1921 = 620 habitants
  • en 1946 = 558 habitants
  • en 1982 = 608 habitants
  • en 2009 = 625 habitants

Altitude :

de 86 m à 181 m

La composition socio-économique de la population :

  • une dizaine d’exploitations agricoles
  • une quinzaine d’activités dites artisanales, commerciales ou libérales
  • des cadres d’entreprises
  • des fonctionnaires de police et de gendarmerie
  • de l’enseignement
  • des employés de secteurs d’activités divers..

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *